yogabrussels    


Breath today !
Respirez aujourd'hui !

Blog

Virabhadrasana

Publié le 24 janvier 2015 à 8:15


De nombreux asanas s’inspirent en nom et en forme de le mythologie indienne. Virabhadrasana en est un exemple.


Pratique:

En Ashtanga YOGA, le plus souvent, on entre dans la pose Virabhadrasana depuis l’asana du chien le tête en bas adhomukha shavasana. La transition se fait ainsi : La jambe gauche reste en arrière, servant d’appui pendant qu’on lance et pose sa jambe droite au sol entre ses mains. Les deux jambes sont maintenant fermement enracinées au sol et forment le socle de la posture. On soulève le corps et les bras. On plie le genoux droit afin de former un angle de 90°. Les quadriceps et les muscles fessiers sont fortement sollicités durant toute la posture. Pour finir, les bras doivent être parallèles au sol et suivre la ligne des jambes. Les bras s’étirent en sens opposé pendant que les jambes aussi poussent en sens opposé sur le tapis essayant d’écarter le tapis au maximum.

 

Bienfaits:

Virabhadrasana stimule les organes de l’abdomen. Cette posture détend le dos et atténue les douleurs lombaires et est spécialement conseillée durant les deux derniers trimestres de la grossesse. Cette posture est aussi réputés favorable contre l’infertilité, l’ostéoporose, et certains problèmes du nerf sciatique.


Origines:

Dans la mythologie indienne, Virabhadra est le nom d’un puissant guerrier, commandant des armés de Shiva. Selon certains, il est la réincarnation de Shiva ou le fils de Shiva selon d’autres. On dit que Virabhadra fut enfanté dans la souffrance lors de la mort de sa femme Sati. Endeuillé, Shiva a arraché tous ses cheveux. De cette toison sont nés Virabhadra et sa sœur Kali. Afin de venger la mort de Sati, ils partent en croisade contre l’ennemi.

 

Philosophie:

Mais pourquoi fait-on une posture s’inspirant de violence et de guerrier durant une pratique soit disant pacifiste comme le yoga ?

 

Durant un cours de yoga, un professeur nous avait expliqué la posture du guerrier « aux yeux doux ». Cette phrase résonne toujours en moi lorsque je pratique les postures dites « féroces ». Garder un regard doux et détendue même dans les postures fortes comme dans les moments plus forts de la vie, les moments dures qui sont comme une lutte.:)

 

Personnellement, je me sens forte dans cet asana. Mes bras s’élancent dans deux directions et le drishti se place au delà de ma main vers l’infini. C’est une posture vivifiante, qui tonifie et donne confiance en soi.

Encore une autre interprétation est celle du guerrier qui combat l’ennemi redouté : l’égo. Virabhadra nous rappelle donc de rester humble face aux difficultés que la vie nous présente.

Voilà peut-être la difficulté de Virabhadrasana : rester humble et centré dans un asana si actif et exaltant.


Catégories : Aucun

Publier un commentaire

Oups !

Oops, you forgot something.

Oups !

Les mots que vous avez saisis ne correspondent pas au texte affiché. Veuillez réessayer.

0 commentaires